Critiques

 

 

« Il ne savait pas que c’était impossible donc il l’a fait »

 Frédéric Lodéon, France Musique

 

 

« Quant à Pierre Lenert, il n’est rien moins que

l’alto solo de l’Orchestre de l’Opéra de Paris et

vient d’enregistrer [...] sa version pour alto des 24

Caprices de Paganini. Le résultat est proprement

bluffant de maîtrise technique certes, mais surtout de

musicalité, d’imagination sonore et d’art de la mise

en scène de chacune des miniatures. »

Alain Cochard, Concertclassic.com

 

 

« Au delà des prouesses virtuoses, se cache une

musicalité angélique et céleste que peu de solistes

savent restituer : du céleste imaginé au terrestre

incarné, le cheminement d’un grand interprète,

paganinien de la première heure, s’affirme dans ce

double album [...]. Pierre Lenert joue l’alto de Jean-

Baptiste Vuillaume « Comte Basile Cheremetieff » de

1865…»

Alban Deags, ClassiqueNews

 

 

« L’alto du Diable

L’altiste d’origine lorraine Pierre Lenert a transcrit pour

son instrument les 24 Caprices de Niccolo Paganini et

en a enregistré l’intégrale [...].

Dès les premiers instants de ce formidable double

album, l’auditeur oublie qu’il s’agit de transcriptions

tant ces redoutables merveilles sonnent de façon

diaboliquement évidente sur son instrument de 1865

dû au luthier de Mirecourt Jean-Baptiste Vuillaume. »

L’Est Républicain

 

 

« Pierre Lénert, un artiste hors pair, dont la sonorité
charnue et le lyrisme sont capable d’humaniser les
pires tortures conçues par Paganini pour les doigts
et les oreilles : ÉBLOUISSANT. »

Le Figaroscope