Niccolo Paganini (1782-1840)

 

Paganini n’a pas seulement dépassé, et Oh combien tous ses prédécesseurs, il a simplement inventé et réalisé par lui-même des difficultés jusqu’alors inconnues. Si les aigus représentent pour lui le Paradis en opposition à l’Enfer des graves, on comprend que Franz Schubert ait pu dire de lui qu’il avait entendu jouer un ange, et il est vrai que Paganini a influencé profondément tous les grands musiciens romantiques de son époque comme Schumann, Liszt, Brahms ou Rachmaninov…

 

Paganini était altiste. Ces caprices que nous avons tous dans l’oreille joués par un violon, obligent à une transcendance de la technique de l’alto et rendent nécessaire de rechercher et trouver l’esprit du Bel canto qui anime ces œuvres, plutôt que de proposer une simple transcription littérale.

 

Pierre Lenert